Le Messager

Nqobile Tshili Bulawayo Bureau

Les couches jetables pourraient bientôt être interdites pour avoir posé un grave danger pour l’environnement, car elles créent d’énormes quantités de déchets toxiques qui prennent 500 ans à se décomposer dans les décharges, tandis que leur mauvaise élimination permet de laver les excréments dans les rivières.

Alors que de nombreux Zimbabwéens qui ont cessé d’utiliser les couches de tissu lavables traditionnelles sont contre l’interdiction proposée, comme ils disent que les jetables fournissent la commodité et économisent sur le temps, le savon et l’eau, l’Agence de gestion de l’environnement (EMA) fait déjà pression sur le gouvernement pour les interdire.

L’EMA soutient que les couches jetables ont des effets écologiques négatifs de grande envergure qui l’emportent sur leur commodité.

Un problème mis en évidence par les mères confrontées à un passage à des couches lavables est que ceux-ci ne sont plus facilement disponibles et nécessitent beaucoup d’eau pour le lavage, qui n’est tout simplement pas disponible dans la plupart des domaines.

L’ensemble des produits de soutien comme les doublures de couche, les pantalons en plastique, les épinglettes de couche et les détergents spéciaux pour tremper les couches a disparu et beaucoup devrait être fait pour réintroduire l’alternative à l’ancienne avant même qu’une interdiction pourrait même être envisagée.

Le différend sur les couches jetables est mondial, avec les écologistes généralement contre leur utilisation en raison des problèmes d’enfouissement.

Selon greenmatters.com, une couche jetable convectionnelle ne peut pas être recyclée, prend au moins 500 ans pour se décomposer et un bébé moyen utilise environ 3 000 couches jetables au cours de sa première année de vie.

Dans une interview avec notre Bureau, le directeur provincial de l’EMA Bulawayo, M. Decent Ndlovu, a déclaré que le chien de garde de l’environnement évaluait patiemment l’impact des couches jetables depuis leur introduction et croit que le moment est venu de les interdire.

M. Ndlovu a déclaré que les couches jetables seront un danger dans l’environnement pendant des siècles.

« Nous préconisons qu’ils soient interdits en raison des dangers environnementaux qu’ils posent », a-t-il déclaré. « Si les gens qui les produisent et les vendent sont vraiment inquiets, ils devraient les récupérer et les recycler. »

M. Ndlovu a déclaré que les producteurs de couches devraient être tenus responsables de leur élimination, mais que la plupart des producteurs appartenaient à des intérêts étrangers et que l’EMA n’avait pas compétence sur leurs opérations.

Il a déclaré que l’interdiction des couches jetables pourrait relancer les industries locales qui ont fermé ou réduit les opérations dans le pays après couches lavables est devenu impopulaire.

L’une de ces entreprises est Merlin, un géant du textile basé à Bulawayo, qui a été créé dans les années 1950 et employait plus de 1 000 travailleurs lorsqu’il fonctionnait à pleine capacité.

Il fabriquait des couches lavables et sa marque haut de gamme avait une réputation internationale élevée.

En 2018, Merlin a rouvert ses portes à la suite de la mise en œuvre d’une stratégie de sauvetage d’entreprise et a annoncé que l’entreprise se concentrerait non seulement sur la production de serviettes, mais aussi sur une gamme de produits de haute qualité et à forte demande tels que les couches et les vêtements sanitaires pour femmes.

Bulawayo résidents ont déclaré hier au lieu d’interdire les couches jetables, l’EMA et les autorités locales devraient éduquer le public sur la façon de les disposer correctement.

« Ils veulent les interdire quand il n’y a pas assez d’eau dans la ville », a déclaré Mme Sithandazile Kwaripo.

« Est-ce que c’est logique? Ont-ils fait des campagnes de sensibilisation sur la façon de les éliminer?

« Je pense qu’ils devraient éduquer le public sur les moyens de les disposer au lieu de les interdire. De plus, ces couches générales peuvent sembler moins chers, mais ils sont chers car vous devez constamment les laver avec beaucoup d’eau et en utilisant beaucoup de savon de lavage.

Un autre résident, M. Brian Bangwa, a abondé dans le même sens, affirmant que les couches jetables étaient commodes, mais qu’il fallait que l’éducation soit à leur disposition.

Mme Nancy Kanyangarara a déploré l’absence de disposer correctement des couches jetables par la génération actuelle de mères, mais a déclaré que leur interdiction ne serait pas une solution.

« Tous mes enfants ont maintenant grandi, mais je pense que le problème est avec la nouvelle génération de mères qui abusent des couches et qui sont trop paresseuses pour laver les couches traditionnelles », a-t-elle dit.

« Il faut apprendre aux gens à se débarrasser des couches jetables parce que même les collecteurs de déchets ne veulent pas les voir. Où sont-ils censés être emmenés?

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *